CNRS   |   INSU   |   INEE   |   AMU   |   PYTHEAS   |   ECCOREV   |   IPSL     
Page d'accueil OHP

Le spectrographe Tremblot


Photo © Collection Photothèque OHP/CNRS

Construit dans les ateliers de l'Observatoire de Strasbourg, cet instrument à quatre prismes en flint uviol de Schott a été utilisé pour la première fois par Raymond Tremblot en 1934 sur le télescope de 80cm, financé par la Fondation Dina et installé en 1932 à Forcalquier par l'Observatoire de Paris. Il deviendra ensuite le premier spectrographe de l'OHP permettant des mesures de vitesse radiale.

Un bref article présentant le spectrographe est paru en 1934 dans la Revue d'Optique (Tome 13, p.331). La première publication scientifique, parue dans le Bulletin Astronomique (Tome XI, p.377), était basée sur six-cent spectres obtenus par Tremblot à Forcalquier entre 1936 et 1939 à l'aide deux autres spectrographes analogues mais plus dispersifs. Dans les premières années les spectres étaient enregistrés sur plaques fournies par la société Lumière, et sur plaques "Fulgur" et "Superfulgur" de R. Guilleminot Boespflug et Cie. Les spectres obtenus en 1942 et 1944 à Forcalquier et plus tard à l'OHP sont conservés à la Clichothèque. Voir le spectre de Deneb pris par Ch.Fehrenbach en 1942.

En 1943 le spectrographe a été amélioré (en particulier mise en place d'une fente courbe pour compenser la courbure gênante des raies). Voir la vue détaillée d'un coté et de l'autre coté. En 1944 il fut aussi utilisé sur le telescope de 1m20. L'instrument a servi jusqu'en 1954 et a donné lieu à des nombreuses publications scientifiques. Les observations de Tremblot publiées en 1938 étaient encore citées en 1986. Les premiers astronomes étrangers ayant observé à l'OHP, Mme et Mr. Burbidge, ont utilisé le Tremblot au 80cm en Juillet-Août 1949. Trois publications basées sur ces observations sont parues aux Etats-Unis en 1951 et 1952 dans l'Astrophysical Journal (ApJ 113, 84; ApJ 113, 703; ApJ 115, 66). Voir aussi Baker (1937).

Le coefficient de transmission de tout le spectrographe avait été evalué à 35%. La région de bonne définition s'étendait de 3700 à 4400 Å avec une dispersion linéaire de 25 Å/mm à 3700 Å, 33 Å/mm à 3900 Å, 43 Å/mm à 4100 Å et 55Å/mm à 4340 Å. Les quatre prismes (angle de 63° et 30mm de base) et les deux objectifs apochromatiques de 20mm (flint et crown uviol) ont été fournis par la firme Steinhel à Munich. Une étincelle du fer était utilisée pour l'étalonnage en longueur d'onde. Deux oculaires permettaient de voir le champ projeté sur la fente et aussi derrière la fente en visant la face d'entrée du premier prisme.


Dernière mise à jour : 31 juillet 2009