Rapport scientifique des astronomes visiteurs ą l’OHP pour les observations effectuées en 2008

 

 

I.             Observations scientifiques

 

I.1. Observation de la binaire ą éclipse DI Herculis

(Albrecht S., observation de service, SOPHIE 193cm)

 

Observation avec SOPHIE des éclipses primaire et secondaire du systŹme binaire DI Herculis afin de mesurer les orientations relatives des axes de rotation des 2 étoiles par rapport ą leur plan orbital (effet Rossiter-McLaughlin). La précession des orbites de ce systŹme évolue 4 fois moins vite que ne le prédit la théorie. Les mesures SOPHIE ont permis de mettre en évidence que les axes de rotation des deux étoiles sont pratiquement dans le plan de leur orbite commune. Les étoiles tournent vite, ce qui produit, par la force centrifuge, un bourrelet au niveau de leur équateur. L’inclinaison inhabituelle des axes de rotation de ces étoiles fait que les forces de marées sont particuliŹrement faibles dans ce systŹme, expliquant la faible vitesse de précession. Ces observations contredisent néanmoins l’opinion générale qui est que les étoiles tournent dans le mźme plan que leur orbite et que l’axe de rotation des étoiles dans des systŹmes binaires est aligné. Ce travail a été publié dans la revue Nature.

 

Alrecht, S., Reffert, S., Snellen, I., et al., 2009, Nature, 461, 373 : Misaligned spin and orbital axes cause the anomalous precession of DIHerculis

 

 

 

I.2. étude des propriétés spectrales des galaxies avec formation stellaire

(A. Boselli, 3-10 mars, Carelec 193cm)

 

Poursuite des observations démarrées il y a 3 ans avec Carelec d’un échantillon complet de galaxies sélectionnées pour źtre observées en temps garanti avec Herschel/SPIRE (The Herschel Reference Survey, Boselli et al 2009, submitted to PASP). Cet échantillon, sélectionné en bande K, inclut 323 galaxies de tout type morphologique dans l'intervalle de distance entre 15 et 25 Mpc. Il est situé ą haute latitude galactique pour éviter l'émission des cirrus de la Voie Lactée qui peuvent contaminer les observations. Les spectres visibles (3600-7200 A) ą faible dispersion (R~ 1000) obtenus avec Carelec seront utilisés pour déterminer le contenu des différentes populations stellaires de ces galaxies ainsi que leurs métallicité et extinction (par la mesure du Balmer décrément), ingrédients nécessaires pour l'étude des propriétés physiques du milieu interstellaire dans ces phases gazeuses et poussiŹres des galaxies proches, objectif primaire du projet Herschel. Les données sont en phase de dépouillement. Aucune publication encore parue avec ces données.

 

 

I.3 Analyse du sursaut exceptionnel de l’étoile jeune Z CMa.

(J. Bouvier, observation de service en DDT, SOPHIE 193cm)

 

Les observations, en temps discrétionnaire du Directeur, ont été effectuées les 12 et 19 décembre. Les spectres SOPHIE sont d'excellente qualité et ces données seront incluses dans un jeu d'observation multi-technique et multi-longueur d'onde incluant l'OHP, l'ESO et d'autres observatoires pour une analyse complŹte du sursaut exceptionnel de l'étoile jeune Z CMa.

 

 

I.4. Recherche systématique des binaires spectroscopiques parmi les naines M du voisinage solaire.

(X. Delfosse, 22-24 mai, SOPHIE 193cm)

 

Débuté ą l'automne 1995 avec ELODIE, ce programme d'observation d'un échantillon de 120 naines M (type spectral entre M0 et M6.5) est poursuivi avec SOPHIE et a pour objet la recherche systématique des binaires spectroscopiques parmi les naines M du voisinage solaire. Il vise notamment : 1) l'étude de la rotation et de l'activité chromosphérique, 2) la détection de nouveaux systŹmes binaires de faible masse, 3) l'obtention de la statistique de multiplicité des naines M, 4) la mesure de masses stellaires ą trŹs grande précision. Les observations effectuées en 2008 sont la finalisation de ce programme. Elles ont pour objet de finir de couvrir en phase 65 binaires spectroscopiques identifiées lors de nos précédentes missions. Cumulées avec des mesures ą haute résolution angulaire, pour certaines encore en cours d'acquisition, elles permettent une détermination des masses dynamiques des composantes avec une précision variant de 1 ą 5%. Ces mesures supplémentaires de masses stellaires sont justifiées par le fait que la relation masse-luminosité pour les naines M est trŹs dépendante de la métallicité (Delfosse et al. 2000; Bonfils et al. 2005). Il est désormais nécessaire d'introduire une variable supplémentaire et de déterminer une relation masse-métallicité-luminosité ce qui nécessite un plus grand nombre de mesures de masses stellaires pour źtre statistiquement probant.

 

 

I.5. Suivi photométrique d’astéroēdes binaires de la ceinture principale.

(P. Descamps, 2 – 9 mars, 29 sep – 4 oct, 27 oct – 1 nov, 20 nov – 2 dec, 120cm)

 

Les systŹmes doubles synchrones ou les astéroēdes de type binaire-contact peuvent źtre détectés par le biais d’observations photométriques. Nous avons mis sur pied un programme d’observations photométriques de certains astéroēdes de la ceinture principale dans le but de déterminer soit des phénomŹnes mutuels marqués (pour des systŹmes doubles synchrones), soit des courbes de lumiŹre ayant une morphologie typique de celle créée par un binaire-contact vu par la tranche (Descamps, 2007b). Le télescope de 120cm de l'Observatoire de Haute-Provence, particuliŹrement adapté ą la photométrie différentielle, constitue un moyen observationnel indispensable et performant dans l'étude des systŹmes astéroēdaux binaires. Ce travail est également réalisé avec deux autres collŹgues de l’IMCCE, Jérôme Berthier et Frédéric Vachier.

 

A la fin de 2007 ont commencé les phénomŹnes mutuels au sein de l’astéroēde double 90 Antiope. Cette campagne a pris fin en mars 2008. Comme en 2005, il s’agit, grČce ą un large réseau d’observateurs, de capter un maximum de ces phénomŹnes afin de préciser les résultats précédemment acquis lors de la campagne de 2005 mais également d’étudier et d’interpréter l’anomalie photométrique révélée sur les courbes de lumiŹre de rotation. La campagne d’observation ainsi que ses résultats sont publiées (Descamps et al., 2009). Cette campagne internationale d’observation a permis de mettre en évidence la présence hautement probable d’un trŹs large cratŹre d’impact sur l’une des deux composantes du systŹme double. Celui-ci serait la signature d’un impact violent ayant amené le proto-Antiope ą fissionner en deux objets jumeaux.

 

En septembre 2008, notre équipe a découvert deux petits satellites en orbite autour de l’astéroēde Kleopatra, encore surnommé « l’os de chien ». Cette découverte a été rendue possible par de l’imagerie ą trŹs haute résolution sur le télescope Keck de 10m en optique adaptative. La combinaison de ces observations directes et des observations photométriques permettra, par une méthode d’inversion non-convexe, de déterminer trŹs exactement la forme et la taille de Kleopatra.

 

Depuis 2005 nous suivons l’astéroēde (3169) Ostro que nous avons montré źtre du type « binaire- contact » (Descamps et al. 2007b). Les nouvelles observations photométriques effectuées en novembre 2008 nous permettront de mesurer le ralentissement ou l’accélération de la rotation de ce petit objet de 11 km. L’objectif est de détecter et de quantifier l’effet YORP agissant sur la rotation propre.

 

- Descamps, P.; Marchis, F.; Michalowski, T.; et al., 2009, Icarus, 203, 102 : A giant crater on 90 Antiope?

- Descamps, P.; Marchis, F.; Durech, J.; et al., 2009, Icarus, 203, 88 : New insights on the binary Asteroid 121 Hermione

- Descamps, P.; Marchis, F.; Pollock, J.; et al., 2008, Icarus, 196, 578 : New determination of the size and bulk density of the binary Asteroid 22 Kalliope from observations of mutual eclipses

- Descamps, P.; Marchis, F.; Michalowski, T.; et al., 2007, Icarus, 189, 362 : Nature of the small main belt Asteroid 3169 Ostro

 

 

I.6. Search for pulsations and chemical peculiarity among suspected A- and F-type binaries

(P. Lampens, 11-13 aoět, SOPHIE 193cm)

 

The region in the HR-diagram where the main sequence intersects the Cepheid Instability Strip (CIS) hosts A- and F-type stars exhibiting a rich variety of physical phenomena, such as pulsations on various time scales and different chemical compositions. We aim to investigate the occurrence of these phenomena among suspected binary systems and to study the interactions between the underlying processes in this region of the HR-diagram. 

High-resolution spectra were collected with ELODIE and SOPHIE in the framework of our study of a significant sample of poorly studied A- and F-type HIPPARCOS stars selected from the catalogue of Grenier et al. (1999). Combining high-resolution spectroscopy with CCD differential photometry, we interpreted the origin of the radial velocity variability for ~30 targets of the sample, among which are two new δ Scuti pulsating stars and five new binary or multiple systems [1]. So far, we have gathered one or more high-resolution spectra for ~65 stars in total. The spectra were taken at variable time intervals, such that we can infer the presence of pulsations and/or companions. We have developed specific tools to determine fundamental stellar parameters and chemical abundances for the single (-lined) stars of the sample (Hekker et al., soon to be submitted). Currently, we are applying these to the spectra obtained during several OHP observing runs. Once we have determined the chemical abundances together with the observed occurrence of binarity and/or pulsations, we will explore the relationships between the different phenomena. A paper based on the 2008 OHP observations will be submitted for publication as soon as possible.

 

- Frémat, Y., Lampens P., Van Cauteren et al. 2007, A&A, 471, 675 : Search for pulsation among suspected A-type binaries: the multiperiodic δ Scuti star HD 217860

- Hekker, S., Frémat, Y., Lampens, et al., 2009, MNRAS, 396, 1689 : A semi-automatic procedure for abundance determination of A- and F-type star

 

 

I.7. Radial Velocity Observations to Detect Transiting Planets Discovered by the HATNet-WHAT Photometric Search

(T. Mazeh, 1-6 Sept, 3-8 Oct, SOPHIE 193cm)

 

We observed 6 leading candidates discovered by the HATNet-WHAT photometric search. Our candidates were in the magnitude range of V = 9.5 - 12.5 mag. We observed each of them several times, obtaining a total of 18 RV measurements, with a typical accuracy of 10 m/s. Three of the candidates were identified as clear false alarms, and for the other three we require more data to determine their true nature.

 

 

I.8.  Suivi vitesses radiales des candidats exoplanŹtes du satellite CoRoT

(C. Moutou, 15 nuits, SOPHIE 193cm)

 

Ce programme permet d'identifier, parmi les candidats transits observés par CoRoT (au moins 50 par an aprŹs sélection), ceux qui sont dus ą des étoiles binaires, et ceux qui sont dus ą des planŹtes. Dans le second cas, l'orbite et la masse sont caractérisées avec SOPHIE, ou si nécessaire, observées avec HARPS.

 

En 2008, six échantillons d'étoiles observés par CoRoT ont été suivis avec SOPHIE. Dans tous les cas, les étoiles de magnitude 11 ą 14.5 sont observables, et il est possible d'identifier la masse du corps qui provoque le transit détecté dans l'espace.  Dans environ 8 cas sur 10  il s'agit d'étoiles binaires, avec une composante secondaire de faible masse (0.15 - 0.2 masse solaire). En 2008, 3 nouvelles planŹtes en transit ont été identifiées et caractérisées par SOPHIE, il s'agit de CoRoT-4, 5 et 6. Je rappelle que CoRoT-1, 2 et 3 avaient été de mźme identifiées et caractérisées par SOPHIE en 2007. Des 7 planŹtes CoRoT connues et confirmées ą ce jour, seule la plus petite, CoRoT-7 (1.7 rayons terrestres et 5 masses terrestres) n'a pas pu źtre caractérisée par SOPHIE, la détermination de sa masse ayant nécessité 100 mesures HARPS. En résumé, SOPHIE apparaĒt comme un complément idéal de CoRoT et permet, en un nombre raisonnable de nuits par an, d'identifier les planŹtes autour de ~3/4 des candidats. Les étoiles plus faibles et les planŹtes trŹs peu massives, ou encore les étoiles particuliŹrement actives, doivent źtre suivies avec HARPS.

 

- Barge, P., Baglin, A., Auvergne, M., et al. 2008, A&A 482, L17 : Transiting exoplanets from the CoRoT space mission. I. CoRoT-Exo-1b: a low-density short-period planet around a G0V star

- Alonso, R., Auvergne, M., Baglin, A., et al. 2008, A&A 482, L21 : Transiting exoplanets from the CoRoT space mission. II. CoRoT-Exo-2b: a transiting planet around an active G star

- Bouchy, F., Queloz, D., Deleuil, M., et al. 2008, A&A 482, L25 : Transiting exoplanets from the CoRoT space mission. III. The spectroscopic transit of CoRoT-Exo-2b with SOPHIE and HARPS

- Deleuil, M., Deeg, H.J., Alonso, R., et al. 2008, A&A 491, 889 : Transiting exoplanets from the CoRoT space mission . VI. CoRoT-Exo-3b: the first secure inhabitant of the brown-dwarf desert

- Moutou, C., Bruntt, H., Guillot, T., et al. 2008, A&A 488, L47 : Transiting exoplanets from the CoRoT space mission. V. CoRoT-Exo-4b: stellar and planetary parameters

- Rauer, H.; Queloz, D.; Csizmadia, Sz.; et al., 2009, A&A, 506, 281 : Transiting exoplanets from the CoRoT space mission. VII. The ``hot-Jupiter''-type planet CoRoT-5b

- Moutou, C.; Pont, F.; Bouchy, F.; et al., 2009, A&A, 506, 321 : Planetary transit candidates in the CoRoT initial run: resolving their nature

 

 

I.9. Radial velocity follow-up of SuperWASP exoplanet candidates

(Pollacco, 19-24 dec, 2-6 jan, SOPHIE 193cm)

 

The SuperWASP project was allocated 5 half nights in December 2008 and a further 3 at the start of February 2009. This report was written after the February run at the completion of this semester allocation. The December run was general quite clear with nights of variable quality and transparency (due to both seeing and cloud) with some nights being a factor of 2 better than others. The February run was completely lost to weather so this report relates to observations taken in the previous run. The SuperWASP project has been attempting to improve its filtering techniques. During the December half nights we obtained SOPHIE observations of some 35 grade A targets. We were actually shocked that some 8 objects were found to be non variable (his is a much higher percentage than normal) and the nature of these is mysterious. A number of others proved to be SB1 systems (again a larger fraction than usual) and several others SB2. Two objects proved more interesting. The first is part of a known, wide binary (separation 1.6 arcsec). The velocity information was encouraging and shown a planetary mass companion. Before publication we have been trying to obtain a high quality light curve from La Palma (but been thwarted by the weather so far). This is a very important object as there are only 2 transiting planets in binary systems. The second target is now close to publication and appears to be a normal hot-Jupiter (we have very recently obtained a light curve which is of sufficient quality). Overall, 2 new planets although 1 will be probably delayed, by a year.

 

- Pollacco, D.; Skillen, I.; Collier Cameron, A.; et al., 2008, MNRAS, 385, 1576 : WASP-3b: a strongly irradiated transiting gas-giant planet

- Joshi, Y. C.; Pollacco, D.; Cameron, A. Collier; et al., 2009, MNRAS, 392, 1532 : WASP-14b: 7.3 MJ transiting planet in an eccentric orbit

- Christian, D. J.; Gibson, N. P.; Simpson, E. K.; et al., 2009, MNRAS, 392, 1585 : WASP-10b: a 3MJ, gas-giant planet transiting a late-type K star

 

 

I.10.  Radial velocity follow-up of TRES exoplanet candidates

(M. Rabus, 1-3 Sept, SOPHIE 193cm)

 

We were able to observe in total 12 objects, from this we could reject as false positives 9 objects due to visible secondary peaks in the cross-correlation function. For one object we obtained only a single spectrum and another two objects show variability between 50 and 100 m/s. We would like to re-observe these three objects in the semester 2009A to finally confirm their nature.

 

I.11.  Suivi sol spectroscopique des cibles asterosismiques de CoRoT

(P. Mathias, 1-10 Juil, 21-31 Juil, 10-19 dec, 6-18 jan, SOPHIE 193cm)

 

Ces missions étaient consacrées au suivi sol de quelques étoiles cibles de CoRoT. Elles étaient coordonnées avec des observations effectuées avec les instruments FOCES (CAAO), FEROS (ESO) et HERCULES (MJUO).

 

Lors de la mission d’été, les cibles liées ą CoRoT étaient HD171834 (gamma Dor) et HD171586 (Ap). Respectivement 420 et 15 spectres ont été obtenus par étoile. L’étoile HD171834 est la seconde candidate gamma Doradus qui sera observée par CoRoT. L’étude préliminaire montre bien la présence de variations de profils, mais la fréquence dans les profils est pour l’instant dominée par la fenźtre ą 1 jour. Les spectres issus de FOCES et de FEROS sont en train d’źtre intŹgrés ą l’étude globale, et nous sommes en attente des spectres obtenus par HERCULES.

 

Lors de la mission d’hiver, 117h d’observations ont pu źtre réalisées sur les 263 possibles, soit 44% de nuits perdues ą cause du mauvais temps. Sur les heures d’observation effectivement effectuées, une large fraction (50%) aura un S/N insuffisant. Les observations, effectuées en mode HE, concernaient essentiellement 2 étoiles Be : HD51452 et HD51193. Environ 50 spectres ont été obtenus pour ces 2 étoiles. Les spectres pré-réduits ont été déposés sur le serveur du consortium CoRoT pour analyse par les groupes intéressés.

 

 

Uytterhoeven, K.; Mathias, P.; Poretti, E.; et al., 2008, A&A, 489, 1213 : The γ Doradus CoRoT target HD 49434. I. Results from the ground-based campaign

 

Briquet, M.; Uytterhoeven, K.; Morel, T.; et al. , 2009, A&A, 506, 269 : Ground-based observations of the β Cephei CoRoT main target HD 180 642: abundance analysis and mode identification

 

 

I.12.  Consortium ExoplanŹtes SOPHIE

(F. Bouchy, SOPHIE 193cm)

 

Large programme multi-facettes de recherche et caractérisation d’exoplanŹtes dans l’hémisphŹre Nord rassemblant 20 collaborateurs franco-Suisses (F. Bouchy, G. Hebrard, S. Udry. X. Delfosse, C. Moutou, F. Pepe, M. Desort, C. Perrier, T. Forveille, I. Boisse, A. Eggenberger, D. Ehrenreich, A.M., Lagrange, N. Santos, F. Pont, C. Lovis, D. Queloz, A. Vidal-Madjar, X. Bonfils, D. Segransan).

 

Au semestre 2008A, 68 nuits ont pu źtre attribuées au consortium (mars 2008 - aoět 2008). Au cours de cette période, nous avons cumulé 292 heures d'observations sur le ciel (hors temps mort), soit en moyenne 4.3 heures par nuit. Les SP-1, 2, 3, 4 et 5 ont utilisé respectivement 11, 37, 24, 24 et 4% du temps.

 

Au semestre 2008B, 68 nuits ont pu źtre attribuées au consortium (sept 2008 - février 2009). Au cours de cette période, nous avons cumulé 403 heures d'observations sur le ciel (hors temps mort), soit en moyenne 5.9 heures par nuit. Les SP-1, 2, 3, 4 et 5 ont utilisé respectivement 14, 34, 21, 24 et 7% du temps.

 

Nous avons développé une correction software de l'effet d'Inefficacité de Transfert de Charge du CCD. Des améliorations du logiciel de réduction des données ont été réalisées en adaptant les améliorations conduites sur HARPS (Correction de l'effet de couleur, amélioration de la solution en longueur et du calcul de dérive, élimination de raies telluriques résiduelles, correction de la lumiŹre diffusée). Des tests sur le brouillage des fibres optiques de SOPHIE nous ont permis de constater une limitation dans le facteur de brouillage et une sensibilité du spectrographe aux conditions de seeing en entrée de fibre optique. Nous avons identifié la cause du disfonctionnement des correcteurs de réfraction atmosphérique et nous avons remédié avec l'OHP ą leur réparation. Suite ą la mise en évidence de ces limitations, nous avons entrepris avec l'OHP et l'INSU de modifier l'ancienne bonnette ELODIE responsable des limitations en précision de SOPHIE. L'opération "Nouvelle Bonnette SOPHIE" va consister ą changer et optimiser les 5 modules suivants: 1) la caméra de guidage et son logiciel; 2) le double brouilleur de fibre; 3) la platine des lampes de calibration; 4) une lame de tip-tilt; 5) un correcteur de dispersion atmosphérique ą pas continu. Le fonctionnement en consortium profite largement au programme clef (réunions réguliŹres, page web wiki, échange d'outils, ....) et a permis de mettre en place les différents sous-programmes (catalogues, stratégie d'observation, suivi des priorités, ...) avec une bonne efficacité. Ces quatre premiers semestres du consortium ont permis de mettre ą jour des limitations instrumentales qui ont conduit ą des optimisations ą la fois de l'instrument et du logiciel de réduction des données bénéficiant ą l'ensemble de la communauté. Nous tenons ą souligner le fait qu'environ de 1/3 des nuits sont perdues pour cause météo et que le consortium réalise un grand nombre d'observation de service chaque semestre qui totalise au final plusieurs nuits par semestre compte tenu de leur caractŹre prioritaire.

 

Le sous-programme 1, qui a essentiellement démarré au semestre 2007A, dépend fortement de la précision ultime de SOPHIE. Les précisions obtenues actuellement sur des étoiles supposées stables sont de l'ordre de 5 m/s sur plusieurs mois. Nous avons déterminé pour l'ensemble de l'échantillon l'indice d'activité R'HK pour focaliser sur les moins actives. Nous avons mis en évidence des limitations instrumentales liées essentiellement ą la bonnette actuelle (effets du correcteur de dispersion atmosphérique, effet de guidage et centrage sur fibre optique, effet de seeing, ...) qui compromettent sérieusement les objectifs scientifiques de ce sous-programme. Nous considérons qu'il n'est pas raisonnable de continuer ce programme avec la mźme intensité, pour le moment. Il ne serait par contre pas trŹs judicieux non plus de le stopper complŹtement. En effet, il convient de bien caractériser les limites de l'instrument et de suivre son évolution temporelle.Nous souhaitons donc poursuivre notre effort sur un sous-échantillon plus restreint bien défini, incluant des standards et les candidats prometteurs déją mis en évidence. Dans le cadre de l'opération "nouvelle Bonnette Sophie", la premiŹre phase consiste au remplacement de la caméra de guidage et son logiciel. Nous espérons par conséquent une amélioration substantielle de la précision de SOPHIE au cours du semestre 2009A.

 

Le sous-programme 2 a donné lieu ą quatre publications. Trois nouvelles planŹtes ont été détectées : HD43691b et HD132406b d'une part (Da Silva et al. 2007), et HD45652b d'autre part (Santos et al. 2008), des observations SOPHIE complétant des mesures ELODIE et CORALIE. Les transits spectroscopiques de deux planŹtes ont été publiés : HD147506b (Loeillet et al. 2008) et XO-3b (Hébrard et al. 2008). Le premier a permis de raffiner les paramŹtres de l'orbite et de la planŹte, et le deuxiŹme a permis la détection d'un premier cas de transit transverse ; il a donne lieu ą des articles de presse, notamment dans Ciel & Espace et New Scientist. L’étude de l'activité de l'étoile hôte HD189733 de l'une des plus fameuses planŹtes ą transit a été publiée (Boisse et al. 2008), et la détection d'une planŹte massive a longue période (Bouchy et al. 2009) vient d’źtre soumise. D'autres cibles semblent indiquer la présence de deux planŹtes et nécessitent un plus grand nombre de mesures pour déterminer les paramŹtres orbitaux. Ce sous programme a pour l'instant permis d'identifier (et rejeter) plus de 100 binaires spectroscopiques, et une centaine d'étoiles présentent des variations intéressantes de VR. Plus de 400 étoiles ont été mises de côté pour leur faible variation de VR et 70 autres ą cause d'une activité stellaire trop importante. Les outils automatiques permettant de mesurer la métallicité et de discriminer activité stellaire et présence de planŹtes ont été développés, testés et installés dans le pipeline de réduction de données, ą l'OHP et ą l'IAP. Ceci permet  d'améliorer l'efficacité de ce sous-programme, qui n'a pour l'instant pas été aussi grande qu'espérée. L'erreur systématique sur la mesure de vitesse radiale ą faible rapport signal-ą-bruit a conduit lors des premiers mois ą de mauvais choix stratégiques. L'origine de cet effet systématique a été identifiée (inefficacité du transfert de charge) et est ą présent corrigée par le pipeline. Enfin, les effets de la Lune, qui peuvent décaler de maniŹre significative les mesures, sont ą présent mieux maĒtrisés.

 

Le sous-programme 3, jusqu'aux périodes 2007B et début 2008A nous nous sommes surtout concentrés sur l'obtention de deux premiŹres mesures sur les étoiles de ce programme. Nous disposons ainsi d'une bonne couverture temporelle pour contraindre les périodes longues au terme des 5 ans de mesures. De plus nous possédons une estimation de la dispersion des vitesses ą court terme pour tout l'échantillon. Aucune de ces étoiles ne montre, sur deux mesures, des variations de vitesses de plus de 100 m/s qui sont attendues dans le cas oĚ un Jupiter chaud orbiterait autour. Nous établissons ainsi, sur des bases statistiques plus solides, le déficit de Jupiter chaud orbitant autour des naines M comparé ą ceux autour des étoiles de type solaire. Les deux premiŹres mesures, conjuguées au niveau d'activité stellaire, nous permettent de sélectionner les meilleurs candidats pour un suivi plus intense. Celui-ci a débuté récemment. Les objets possédant les plus grandes dispersions sur les deux premiŹres mesures, pour un niveau d'activité donné, sont choisis en priorité. Nous avons développé de nouveaux masques de corrélation pour ces étoiles trŹs froides en éliminant proprement tous les domaines en longueur d'onde touchés par des raies en émission dans le ciel de l'OHP. Ces raies en émission sont gźnantes pour la corrélation de sources faibles telles que les naines M. D'autre part nous calibrons des estimateurs de l'activité chromosphérique qui sont manquants pour ces étoiles trŹs froides. Cela nous permet une optimisation du choix des candidats systŹmes planétaires. Nous montrons que la dispersion des vitesses radiales que nous obtenons avec SOPHIE sur un ensemble de naines M est de l'ordre de 5 m/s. Cette précision de 5 m/s pour les naines M sera améliorée dans le prochain semestre avec l'implémentation du nouveau systŹme de guidage qui devrait nous permettre d'atteindre les 2-3 m/s de précision visés pour ces objets. Plusieurs objets présentent des variations long terme de l'ordre de 100 m/s, ils seront ciblés en particulier lors du prochain semestre étant des candidats pour des systŹmes planétaires de quelques années de période.

 

Pour le sous-programme 4, les résultats déją obtenus sont trŹs prometteurs. 160 étoiles ont été observées, 76 étoiles ne sont plus observées, et parmi les 90 étoiles montrant des variations significatives de VR :

- 16 cas correspondent ą la présence d'un compagnon de masse stellaire ; ces étoiles sont maintenant écartées;

- dans 22 cas, l'origine de la variation des VR est intrinsŹque ą l'étoile (activité ou pulsations) au vu de l’échelle de temps des variations, des bissecteurs des CCFs, de l'émission dans les raies du calcium... ; ces étoiles sont maintenant écartées;

- 13 cas sont particuliŹrement intéressants et indiquent une origine planétaire.

L'un de ces cas fait l'objet d'une publication (Desort et al.  2009);

- 7 cas sont aussi prometteurs mais trop peu de mesures ont été acquises actuellement.

 

Le sous-programme 5, qui nécessitait un trŹs bon raccordement entre les mesures ELODIE et SOPHIE, n'a démarré qu'au mois de mai 2007 aprŹs les derniŹres interventions techniques réalisées sur l'instrument. Nous avons vérifié que la précision actuelle de SOPHIE (3-5 m/s) ne dépendait pas de l'échelle de temps. Le suivi long terme (sur plusieurs années) des candidats longues périodes ELODIE est donc trŹs bien adapté avec SOPHIE.

 

 

I.13. Recherche de binaires spectroscopiques dans les amas ouverts trŹs jeunes

(G. Rauw, Aurélie 152cm)

 

En 2008, nous avons effectué plusieurs missions au T152 équipé du spectrographe Aurélie dont le but était la recherche de binaires spectroscopiques de type O + O ou O + B dans des amas ouverts trŹs jeunes de notre Galaxie. En combinaison avec des données d’archives (dont des spectres Elodie) et des spectres Aurélie de campagnes précédentes, les spectres obtenus au cours de la campagne de janvier 2008 nous ont permis de terminer notre étude de la multiplicité des étoiles O de NGC2244. La comparaison de nos résultats avec d’autres amas (par ex. NGC6231) de mźme Čge indique une carence de systŹmes binaires, et surtout de binaires ą période courte, dans NGC2244. Ces résultats ainsi que leurs implications sont discutés dans un article (Mahy et al. 2009) actuellement soumis pour publication dans A&A. Les campagnes de septembre et octobre 2008 avaient pour cible des étoiles de la constellation du Cygne. Nos données ont déją permis de découvrir la HDE229234. Une campagne de suivi aura lieu en été 2009. Avec Aurélie au T152, nous avons également poursuivi le suivi spectroscopique de Cyg OB2 #9, un émetteur radio non-thermique dont nous avons pu montrer la binarité grČce notamment ą des données OHP. Le systŹme étant ą longue période et excentrique, un monitoring continu est nécessaire pour établir une solution orbitale précise.

Au cours de l’année 2008, notre équipe a publié plusieurs articles basés (au moins partiellement) sur des observations collectées ą l’OHP (voir liste ci-dessous). Ces articles rapportaient :

1- la premiŹre détection de variations sur une échelle de temps courte (inférieure au jour) de deux étoiles O (De Becker et al. 2008). Ces variations pourraient indiquer la présence de pulsations non-radiales.

2- une analyse d’une série de spectres ą haute résolution de HD47129 (étoile de Plaskett) au moyen de techniques complémentaires (séparation des spectres primaire/secondaire ; tomographie Doppler et analyse avec modŹle d’atmosphŹre) permettant la meilleure caractérisation ą ce jour des propriétés de ce systŹme et de son état d’évolution (Linder et al. 2008).

3- la premiŹre détection d’une signature de binarité dans le spectre de l’émetteur radio non-thermique Cyg OB2 #9 (Nazé et al. 2008). Cette découverte suggŹre que cette émission synchrotron est produite par des électrons accélérés dans la région de collision des vents stellaires des deux étoiles de la binaire.

4- une analyse détaillée des variations spectroscopiques de HD93521 (Rauw et al. 2008). Cette étoile présente des variations de profil de raies avec deux périodes courtes, indiquant l’existence de deux modes de pulsations non-radiales. Notre étude a permis de contraindre les propriétés de ces modes et d’étudier leur stabilité ą long terme.

 

- De Becker M., Linder N., & Rauw G., Evidence for short-term variations in two O-type stars, IBVS, 5841, 1 – 4, 2008

 

- Linder N., Rauw G., Martins F., Sana H., De Becker M., & Gosset E., High-resolution optical spectroscopy of Plaskett’s Star, A&A, 489, 713 –723, 2008

 

- Nazé Y., De Becker M., Rauw G., & Barbieri C., A binary signature in the non-thermal radio emitter Cyg OB2 #9, A&A, 483, 543 – 546, 2008

 

- Rauw G., De Becker M., van Winkel H., Aerts C., Eenens P., Lefever K., Vandenbussche B., Linder N., Nazé Y., & Gosset, E., Spectroscopic and photometric variability of the O9.5Vp star HD93521, A&A, 487, 659 – 670, 2008

 

I.14. Astérosimologie de l’étoile Eta Bootis

(F. Royer, 17-27 avril, SOPHIE 193cm)

 

La mission du 17 au 27 avril 2008 sur le spectrographe SOPHIE visait ą caractériser les oscillations de l'étoile eta Bootis comme test des processus de mélange dans les intérieurs stellaires. La mźme étoile a été suivie avec le spectrographe HARPS pendant 12 nuits du 10 au 21 mai 2008. Ces données combinées sont en cours d'analyse. Une analyse préliminaire montre déją que ces données sont de bien meilleure qualité que les observations faites précédemment avec CORALIE et ELODIE. Ces derniŹres, publiées dans Carrier et al. (2005, A&A 434, 1085–1095), n'avaient pas permis une identification des modes complŹtement catégorique. Les nouvelles données feront l'objet d'une publication au cours de l'été.

 

 

I.15. Binarity among r-enhanced stars

(Sbordone, 31 mars – 3 avril, 29 aoět – 1 sept, SOPHIE 193cm)

 

Malheureusement, les observations de notre programme n’ont pas été trŹs bonnes en 2008: nous avons perdu presque toute la session 2008B ą cause de la mauvaise météo, et aussi la premiŹre session du programme en 2008A n'a pas été chanceuse. En tout, nous avons collecté 9 vitesses radiales pour 6 étoiles, la majorité de l'échantillon a toujours seulement une mesure  de haute précision. Il semble qu’il y ait environ 50% des étoiles qui montrent des variations de vitesse, mais il n'y a pas assez de données pour publier encore.

 

 

I.16. Exploring the histories of transiting exoplanets

(Simpson, SOPHIE 193-cm)

 

In 2008 we used OHP/SOPHIE to observe the spectroscopic transit of two Hot Jupiters discovered from the SuperWASP survey in order to determine the alignment between the inclination of the planetary orbit and the stellar rotation axis. This allows us to probe the orbital evolution of the planet in order to better understand the processes which caused it to migrate in towards it's host star. Initial analysis shows that WASP-12b is well aligned and that WASP-14b shows little effect, allowing us to constrain the rotational velocity of the star.  Next semester we aim to increase the number of systems for which the orbital alignment is known even further.

 

 

I.17. SuperWASP transiting exoplanets : constraining theories of planetary formation, structure and evolution

(Y. Skillen, SOPHIE 193-cm)

The immediate objective of the project is to confirm transiting exoplanet candidates discovered by SuperWASP to be planets, using the high-precision radial velocity spectrograph, SOPHIE. Combining the radial velocity and photometric signatures of transiting exoplanets allows us to determine their masses and radii. An understanding of the mass-radius relationship for exoplanets, together their orbital parameters and host star properties, allows us to constrain theories of exoplanet formation and evolution. Main achievements and difficulties encountered: This observing run, four nights scheduled as eight half nights, has been very successful. We have confirmed one SuperWASP candidate to be an approximately 0.4 M_Jup exoplanet. The telescope and instrumentation worked flawlessly. One half night was lost due to bad weather.

 

 

I.18. Ground-based Observations for GAIA : reference stars for radial velocities

(C. Soubiran, SOPHIE 193-cm)

 

Le key-programme "Ground Based Observations for Gaia: reference stars for radial velocities" tourne maintenant ą plein régime sur SOPHIE, NARVAL et CORALIE, et nous utilisons aussi l'archive ELODIE. Notre liste de candidates a été remaniée et contient, dans sa version quasi-définitive, 1420 étoiles dont 904 ont déją été mesurées 1 fois. Toutes les candidates doivent źtre mesurées au moins une fois, et une fraction plusieurs fois d'ici le lancement de Gaia en 2012, de faćon ą éliminer les étoiles qui varient de plus de 50 m/s. Des astéroēdes et standards de l'UAI nous servent ą relier les mesures des différents instruments et des catalogues ą la mźme échelle. En 2008, nous avons mesuré 280 étoiles et 57 astéroides avec SOPHIE en 10 nuits. C'est inférieur de 30% ą nos espérances mais c'est conforme aux conditions météo rencontrées. Nous avons pu évaluer les offsets entre les différents spectrographes en comparant les mesures de standards UAI : l'échelle de SOPHIE diffŹre de 139 m/s de celle d'ELODIE. Nous obtenons un rms de 46 m/s qui reflŹte la précision des deux spectrographes ainsi que la dispersion cosmique car les standards UAI ne sont pas parfaitement stables, leurs oscillations varient de 7 ą 60 m/s. Un stagiaire de M1 a commencé, en avril-mai 2008, l'analyse des astéroides en comparant les VR mesurées et celles calculées par les éphémérides. La précision des éphémérides étant de l'ordre du m/s, la dispersion observée, 40 m/s, reflŹte la précision de SOPHIE et les effets cosmiques dus aux propriétés physiques des astéroēdes (taille, spin, phase,..). Avec les 81 mesures dont on disposait ą ce moment, il n'a pas été possible de mettre en évidence si une propriété était plus particuliŹrement responsable de la dispersion observée, supérieure aux attentes. Nous avons maintenant 109 mesures d'astéroides avec SOPHIE, et 41 avec NARVAL pour affiner ce résultat.

 

- Crifo, F.; Jasniewicz, G.; Soubiran, C.; Veltz, L.; Hestroffer, D.; Katz, D.; Siebert, A.; Udry, S. Radial velocity standards for the GAIA-RVS in SF2A-2008: Proceedings of the Annual meeting of the French Society of Astronomy and Astrophysics Eds.: C. Charbonnel, F. Combes and R. Samadi. 2008sf2a.conf...13C

 

- T. V. Mishenina, C. Soubiran, O. Bienaymé, S. A. Korotin, S. I. Belik, I. A. Usenko, and V. V. Kovtyukh Spectroscopic investigation of stars on the lower main sequence

2008A&A.489.923M

 

- Kovtyukh V.V., Soubiran C., Luck R.E., Turner D.G., Belik S.I., Andrievsky S.M., Chekhonadskikh F.A. Reddenings of FGK supergiants and classical Cepheids from spectroscopic data 2008MNRAS.389.1336K

 

- Koleva, M.; Prugniel, Ph.; Ocvirk, P.; Le Borgne, D.; Soubiran, C.

Spectroscopic ages and metallicities of stellar populations: validation of full spectrum fitting

2008MNRAS.385.1998K

 

 

I.19.   Spectroscopic characterization of stars with transiting planets

(S. Sousa, 26-29 Sept, SOPHIE 193-cm)

 

During the past few years several photometric surveys, later complemented by radial-velocity measurements, revealed the presence of several new extra-solar transiting planets in short period orbits. Here we make use of the SOPHIE spectrograph (in OPTICON time) to obtain high-resolution spectra of 11 moderately faint stars in the northern sky that are known to be transited by a giant planet. The data is at the moment being used to obtain precise stellar parameters and chemical abundances, as well as an estimate for the stellar age. These measurements will allow us to improve the parameters of the transiting planets (e.g. mass and radius) and to study the role of the stellar metallicity on their formation and structure. In all, these results will help to better constrain the models of planet formation and evolution.

From the 6 nights asked on the initial proposal, 3 were granted to use the SOPHIE spectrograph in the 1.93m telescope. On one of the nights it was not possible to collect good data due to weather conditions.  As a consequence the final number of stars was reduced to 6 targets in order to achieve a good S/N on the final spectra for the stars. The data is being analyzed at the moment in order to derive precise stellar parameters for the targets. The results will be published in a paper that is in preparation (Ammler et al 2009, in preparation).

 

 

I.20. Measuring the rate of change of the periods in the pulsating pre-white dwarf PG01222+200

(G. Vauclair, 5-12 avril, instrument visiteur Photometre 193-cm)

 

Nous avons obtenu 7 nuits, du 5 au 12 avril 2008, sur le télescope de 193 pour une campagne multisite du Whole Earth Telescope en photométrie rapide. Nous utilisons le photomŹtre 4-canaux de Chevreton. La météo n’a pas été favorable puisque nous n’avons pu travailler que 4 nuits et accumuler seulement 15 heures de données sur ces 4 nuits. Nos données sont intégrées dans l’ensemble des donnzes obtenues pendant cette campagne. Elles sont en cours d’analyse. Deux publications soumises en 2008 utilisant des données obtenues ą l’OHP:

- Provencal et al.(Vauclair, G., Charpinet, S., Chevreton, M.) 2008, ApJ, in press (paraĒtra en 2009) “2006 Whole Earth Telescope Observations of GD 358: A New Look at the Prototype DBV”

- Vauclair, G. et al. 2008, IAU Symposium 252, “The Art of Modelling Stars in the 21st Century”, 157 “Rate of change of the pulsation periods in the PG 1159 star PG 0122+200”




 

II.          Stages d’initiation aux observations astronomiques

 

II.1. Stage de diplôme d’université de l’Observatoire de Paris (DUOP), « Explorer et comprendre l’Univers ».

(Acker A.,  28 juillet – 2 aoět, 152cm, 120cm, 80cm)

 

Initiation aux techniques modernes d’observations (imagerie et spectrométrie, interférométrie et pré-traitement d’images) de 15 étudiants du Diplôme Universitaire (de niveau Bac) de l’Observatoire de Paris sous l’encadrement de AgnŹs Acker, Myrtille Laas et Bruce Gendre (T80) et Franćois Colas. Le fonctionnement du T80 a été perturbé par des incidents techniques. Le T120 a permis d'obtenir les images en plusieurs "couleurs" de nébuleuses et galaxies, mais aussi de comŹtes, d'amas globulaires (M13 et M15, dont le logiciel PRISM permit d'obtenir le diagramme HR), et d'une source transitoire de RX. Le T152 a permis d'obtenir les spectres de divers objets ą émission : étoiles Be et WR, régions HII, nébuleuses planétaires, galaxies ą émission. Avec le logiciel MIDAS, les stagiaires ont pu pré-traiter les spectres, et évaluer les positions (vitesses radiales) et rapport d'intensités des raies, pour déterminer la nature de l'objet, en accord avec les informations données par les images. Aussi nous avons pu exploiter les 4/4 nuits claires dont nous avons bénéficié, et observer tous les objets prévus.

 

II.2. Stage du Master 2 Rayonnements, plasma et astrophysique de l'Université de Provence (Aix-Marseille I)

(Adami C., 6-12 décembre 2008, 0,80-m, 1,20-m, 1,93-m)

 

Carelec : Observations d'objets multiples dans le cadre des M2 AER et IOL (Aix-Marseille). Données en cours de réduction et réalisation prévue d'un poster pour la session enseignement de la SF2A 2009. Observation d'une Supernovae quelques jours aprŹs son maximum publication (Dennefeld, M.; Adami, C.; Russeil, D.; et al., 2008, CBET, 1610, 1). Observations de galaxies de l'environnement proche du groupe fossile RXJ2359. Ces données viennent clore le sondage entamé en 2007. Les données sont réduites et l'article en cours d’écriture dans le cadre d’une collaboration LAM, IAP, Saclay. Observations de deux naines ultracompactes de l'amas Abell 671. Les données sont réduites et en cours d'analyse dans le cadre d’une collaboration LAM, Meudon.


CCD 120cm : Observations d'objets multiples dans le cadre des M2 AER et IOL (Aix-Marseille). Données en cours de réduction et réalisation prévue d'un poster pour la session enseignement de la SF2A 2009. Observations de galaxies de l'environnement proche du groupe fossile RXJ2359. Ces données viennent clore le sondage entamé en 2007. Les données sont réduites et l'article en cours d’écriture dans le cadre d’une collaboration LAM, IAP, Saclay. Observations en bande étroite de l'amas de galaxies A496. Ces données viennent clore le sondage entamé en 2007. Les données sont réduites et en cours d’analyse. Ces données font l'objet d'un stage de M1 ą l'IAP et donneront lieu ą une publication si les résultats le permettent.

 

 

II.3. Stage du Master 2 de l'Observatoire de Paris (Dynamique des systŹmes gravitationnels).

(J.-E. Arlot, 24-29 mars, 152cm, 120cm, 80cm)

 

Initiation aux techniques modernes d’observations (imagerie, photométrie, astrométrie, spectroscopie et vitesses radiales) de 14 étudiants du M2 de l’Observatoire de Paris.

Utilisation des télescopes de 120 cm (imagerie, astrométrie), de 80cm (photométrie, imagerie) et de 152cm (vitesses radiales, spectroscopie).

 

- Arlot, J.-E.; Thuillot, W.; Ruatti, C.; et al., 2009, A&A, 493, 1171 : The PHEMU03 catalogue of observations of the mutual phenomena of the Galilean satellites of Jupiter

 

 

II.4. Atelier scientifique ``Arpenter l’univers’’ du lycée Gaston Bachelard de Chelles

(G. Dodray, février, 80cm)

 

Six élŹves ont participé ą ce stage. Le projet ą réaliser était de calculer la distance de l’amas M37 ą partir d’une étude photométrique des images CCD  B et V obtenues au télescope de 80cm. Imagerie de divers objets avec la camera CCD (amas, nébuleuses et galaxies). Spectroscopie en vue de classification stellaire en utilisant les raies de Balmer. Observation de l’éclipse de lune du 21 février. 

 

 

II.5. Stage d’étudiants de l’University College, Londres.

(S. Boyle, 27 janvier – 2 février, 152cm, 120cm)

 

Huit étudiants du Master d’Astronomie et Astrophysiques de l’University College de Londres ont participé ą ce stage. Ils ont utilisé le 120cm pour réaliser de la photométrie CCD des étoiles variables de type RR Lyrae. Ils ont aussi utilisé le spectrographe Aurélie au 152cm pour obtenir des spectres de 12 binaires spectroscopiques. Ils ont enfin utilisé le temps restant ą réduire et ą analyser leurs données. Ce stage a persuadé certains d’entre eux de tenter une carriŹre en astronomie.

 

 

II.6. Stage d’étudiants de l’Université Nationale de Maynooth, Ireland.

(McKeith, 13 – 17 Octobre janvier, 152cm, 120cm, 80cm)

 

Huit étudiants du Department of Experimental Physics de National Univeristy of Ireland Maynooth ont participé ą ce stage. Observations photometriques CCD et spectroscopiques de Galaxies de Seyfert, d’étoiles variables, d’amas ouverts et de restes de supernova. 

 

 

II.7. Atelier du savoir « Initiation ą l’astronomie d’observation »

(Descamps, 7-12 avril, 80cm, 120cm)

 

Cet atelier d’une semaine s’adresse principalement aux personnels ITA et ITARF de l’Observatoire de Paris. Il se fait en collaboration avec l’OHP et le centre d’astronomie. Il a été reconduit en 2008 au vu du succŹs enregistré auprŹs des premiers participants. Malheureusement la météo calamiteuse n’a pratiquement pas permis de réaliser des observations.

 

 

II.8. Stage European Research Courses on Atmospheres (ERCA)

(C. Boutron, 3-8 février, 120cm, 80cm)

Avec environ 50 étudiants en thŹse ou post-doc, des observations ont été effectuées avec les télescopes de 80cm et 120cm en début de nuit (19h30-00h30) en vue d’une initiation aux méthodes d’observation astronomique. Quelques difficultés techniques sur le télescope de 80cm sont ą souligner.

 

 

II.9. Stage du Master Astronomie et Astrophysique, parcours Recherche, année M2 de l’Observatoire de Paris et des Universités Paris 6, Paris 7 et Paris 11, groupe Meudon

(P. Gallais, 17-22 mars, 80cm, 120cm, 152cm)

 

Du 17 au 22 mars 2008, les 13 étudiants du « groupe Meudon » du Master Astronomie et Astrophysique de l’Observatoire de Paris et des Universités Paris 6, Paris 7 et Paris 11 se sont relayés sous les coupoles de l’OHP pour y suivre leur stage de formation ą l’observation astrophysique. Durant les cinq nuits qui leur ont été attribuées, ils ont pu mener des mini-projets d’observation sur l’instrumentation mise ą leur disposition : spectromŹtre Aurélie au T152, caméra CCD de l’OHP et montage « interférométrie des tavelures » du Master au T120, caméra CCD Andor au T80.

 

Répartis en 6 groupes, les étudiants ont mené plusieurs programmes qui leur ont permis de s’initier aux techniques de base de l’observation astrophysique. Parmi ces programmes, on note le suivi de l’astéroēde 7 IRIS en imagerie CCD au T80, l’imagerie en B, V, R et Hα de galaxies proches telles que M51, M82 ou M101 au T120 et au T80, l’étude spectroscopique de nébuleuses planétaires (NGC6543, NGC2392), d’étoiles exotiques (WR137, HD43836, HD53367), et de galaxies de divers types (M51, NGC4151, Mrk59) au T152. Pendant deux nuits, certains étudiants ont pu s’initier ą la technique de l’interférométrie des tavelures sur le T120 en observant Procyon et deux systŹmes binaires, HIP50583 et HIP69673, dont les séparations angulaires sont respectivement 4.58 et 0.26.

 

 

II.10. Stage du Master 2 ``Cosmos, Champs et Particules’’ de l’Université de Montpellier 2

(B. Plez, 25-29 février, 20 – 24 Oct, 80cm, 120cm, 152cm)

 

Stage de 9 ą 10 étudiants du M2 CCP menant 3 projets :

- RR Lyrae (photométrie, spectroscopie et vitesses radiales),

- diagramme HR d'amas (photométrie),
- régions HII (spectroscopie et imagerie).


La plupart des observations nécessaires ont pu źtre réalisées lors du stage de février 2008 avec comme résultats : diagramme HR, courbes de vitesse de RR Lyrae, courbes photométriques, température et densité électronique de nébuleuses planétaires. Lors du stage d’octobre 2008, le 80cm a été attribué au lieu du 120cm, et nous n'avons pas d'assistant de nuit ą ce télescope. Il s'avŹre trŹs difficile d'effectuer les observations nécessaires, le mauvais suivi imposant des poses trŹs courtes (<30sec). Le diagramme HR ne descend donc pas jusqu'au turn-off et l'Čge ne peut pas źtre déterminé. Au 152, des problŹmes de pointage (zéro de coordonnées non fait), et tČtonnements trŹs longs de l'assistant de nuit pour trouver les nébuleuses planétaires, nous font perdre les quelques heures claires. Notons aussi qu'il nous a fallu mettre au point une stratégie de ravitaillement dans la derniŹre semaine avant la mission d'octobre, l'OHP nous ayant prévenus extrźmement tard de l'absence de cuisine sur place. Enfin, il ne nous semble pas possible de trouver le budget pour venir l'an prochain en payant de plus le ticket modérateur, ceci se rajoutant aux difficultés diverses rencontrées : problŹmes de télescopes, météo, etc.

 

 

II.11. Stage L3 ``Sciences de la PlanŹte Terre’’ de l’Ecole Normale Supérieure de Paris

(R. Plougonven, 29 Sept – 1 Oct, 80cm)

 

Les L3 de la formation 'Sciences de la PlanŹte Terre' de l'Ecole Normale Supérieure de Paris débutent leur année par un stage de terrain qui les amŹne ą l’OHP pendant trois jours pour découvrir les instruments de d'observation de l'atmosphŹre de la Station Géophysique. Ils en profitent également pour visiter certains des télescopes et faire quelques observations astronomiques au 80cm.

 

 

II.12. Formation continue des Enseignants du second degré dans le cadre du Plan Académique de Formation 

(J. Strajnic, 3-5 avril, 15-16 mai, 80cm et 120cm)

 

Le premier stage ``Initiation aux pratiques de la recherche en Astronomie’’ du 3 au 5 avril a rassemblé 23 enseignants pluridisciplinaires du secondaire (collŹges et lycées) pour accéder par la pratique ą la diversité et ą la spécificité de la recherche en sciences de l’Univers. Appréhender en l’accomplissant, l’ensemble d’un protocole de recherche, allant du choix des objets d’étude ą l’exploitation des données. Observations et exploitation des données. Etude des petits corps du systŹme solaire.  

 

Le second stage ``Utilisation de nouveaux moyens d’observation’’ du 15 au 16 mai a rassemblé 33 enseignants du secondaire (collŹges et lycées) pour former des futurs accompagnateurs de stages scientifiques scolaires ą utiliser des télescopes robotiques pour acquérir des images du ciel et les analyser avec une démarche scientifique. Détermination de la masse de Jupiter, couleur des nébuleuses, nuages de poussiŹre interstellaire, Čge d’un amas d’étoiles, les supernovae, les satellites géostationnaires.

 

 

II.13. Projet Callisto – Operation ``Astro ą l’école’’ pour le développement de la culture scientifique et technique et la sensibilisation ą la recherche.

(J. Strajnic, 15-19 janvier, 80cm)

 

Stage de 35 élŹves de lycées sur des ateliers scientifiques tels que la photométrie des courbes de rotation d’astéroides, la photométrie d’étoiles variables, la spectroscopie haute résolution avec le spectrographe LHIRES III.

 

 

II.14 Stage SIMO – Sciences de l’environnement d’Ile de France

(A. Sarkissian, 6-9 Oct, 120cm et 80cm)

 

Ce module est un stage de 4 jours pour initier 39 étudiants aux méthodes d'observation utilisées en géophysique et en astronomie, et plus particuliŹrement en planétologie. Le stage SIMO 2008 s'est déroulé dans de bonnes conditions, ą part une météo capricieuse (1 nuit d'observation sur 3, lČcher de sonde ozone retardé d'un jour), quelques difficultés pour les repas du midi et du soir (service et qualité ą revoir), quelques autres difficultés techniques (télescope de 80, salle de cinéma) mais finalement une bonne ambiance dans les groupes d'étudiants malgré leur déception due au mauvais temps.

 

 

II.15 Ecole d’été pour les enseignants 

(N. Robichon, 6-12 aoět, 80cm)

 

Stage d’astronomie et d’observation rassemblant 16 enseignants du primaire au BTS pour s’initier aux matériels d’observation astronomique (jumelles, télescopes et lunettes) et aux observations au télescope de 80-cm.

 

 

 

II.16 Stage des étudiants de L1 de l’Université de Marseille 1

(D. Russeil, 14-16 Nov, 120cm)

 

Dans le cadre de l'enseignement du projet d'astronomie observationnelle dispensé aux étudiants de L1 de l'Université de Provence, nous sommes montés observer 2 nuits au T120 au mois de Novembre 2008. Deux groupes de 6 étudiants ont observé une nuit chacun encadrés par D. Russeil. La météo étant correcte nous avons mené ą bien le programme prévu: observation d'amas d'étoiles, nébuleuses, galaxies et astéroēdes. Les observations ont été réduites dŹs le retour des étudiants sur Marseille. Nous avons extrait le profil photométrique en bande R de plusieurs galaxies, déterminé le diagramme HR d'un amas ouvert et d'un amas globulaire afin de les comparer, déterminé le déplacement d'un astéroēde et enfin produit des images couleurs de nébuleuses planétaires et de régions HII.

 

 

II.17. Stage d’Astrophysique et Technique Spatiale de l’Institut d’Astrophysique et de Géophysique de LiŹge.

(J. Surdej, 29 mars – 3 avril, 120cm et 80cm)

 

Les participants, 9 ingénieurs et 6 étudiants en Science Spatiales, ont effectué des observations au 80cm et au 120cm. Des expériences d’interférométrie encadrées par H. Le Coroller ont été menées au 80-cm pour mesurer le diamŹtre angulaire de Mars. Des galaxies et nébuleuses ont été observées. Observations au 120cm avec les différents filtres pour imagerie trichromique.