RA 2001: Table des Matières | Guide Pratique | Page d'accueil OHP


Rapport d'activité des astronomes visiteurs

   



Le système solaire

  1. Objets proches de la terre (NEO(1))
    Deux campagnes d'observation au télescope de 0,80 m ont eu lieu en 2001 dans le cadre du programme international de recherche des NEO (1) (Near Earth Objects). Elles ont en particulier permis d'établir les premiers éléments des orbites des deux astéroïdes L52953 et M82966 découverts dans le cadre du programme LINEAR (Lincoln Near Earth Asteroid Research).

  2. Astéroïdes
    Un important programme d'observation astrométrique d'astéroïdes a été poursuivi en 2001 avec les télescopes de 1,20 et 0,80 m, dont les objectifs sont :
    Une cinquantaine d'astéroïdes ont été observés au télescope de 1,20 m. La majeure partie de ces objets ont été sélectionnés car ils sont impliqués dans des rapprochements avec d'autres astéroïdes plus massifs. Ils en permettront, par détection de déflexion gravitationnelle, une détermination de masse, depuis le sol, puis à terme depuis l'espace avec la future mission GAIA.
    Plusieurs objets particuliers, car suspectés d'être doubles, ont été également observés et l'analyse qui est en cours devrait permettre d'apporter de nouveaux éléments d'information sur cette hypothèse de binarité.
    Des mesures photométriques ont aussi été réalisées au télescope de 0,80 m en imagerie rapide (CCD vidéo intensifié) au voisinage de dates prédites d'occultations stellaires afin de détecter un éventuel phénomène. Ce type d'observation a ainsi réussi en septembre 2001 lors d'un rapprochement stellaire de l'astéroïde 654 Zelinda et a permis d'en déterminer un diamètre minimum. Il a été aussi appliqué avec succès à l'occultation d'une étoile par le satellite d'Uranus Titania, dans le cadre d'une vaste collaboration internationale. Des informations nouvelles sur les propriétés morphologiques et atmosphériques de Titania sont en cours d'extraction de ces observations.

  3. Comètes
    Au cours des trois derniers mois de l'année, des observations suivies de la comète C/2000 WM1/LINEAR ont été effectuées au télescope de 0,80 m à travers quatre filtres Polaroïd orientés à 45° les uns des autres. Les images CCD ainsi obtenues ne montrent pas de structure particulière mais révèlent des éjections de poussière tout autour du centre photométrique, qui cachent la région circumnucléaire à 60° d'angle de phase. La polarisation décroît fortement à partir du centre. La comète C/2000 WM1/LINEAR ne semble pas cependant appartenir à la classe des comètes à faible taux de polarisation au maximum.

  4. Satellites de Jupiter et de Saturne

  5. Vénus
    Le spectrographe Aurélie au télescope de 1,52 m a été utilisé en juillet 2001 dans son mode à très haute résolution (110 000) pour mesurer le champ de vitesse des vents dans l'atmosphère de Vénus par l'effet Doppler de raies de la bande d'absorption 5n3 du CO2 vers 8708 Å. Les mesures ont été effectuées en mode différentiel, en utilisant le centre du disque comme référence de vitesse, afin de corriger la dérive instrumentale. De bons résultats ont été obtenus. Les observations ont été faites après la conjonction inférieure, c'est-à-dire côté matin de Vénus. On espère en 2002 pouvoir observer avant la conjonction pour sonder le côté soir de Vénus.


  Planètes extrasolaires


  La Galaxie

  1. Les étoiles

  2. Le milieu interstellaire

    • On a continué à observer l'étoile à grande vitesse HD 34078 pour sonder la structure à très petite échelle du nuage diffus situé entre cette étoile et le Soleil. Les spectres Élodie obtenus en 2000 n'ayant pas montré de variations de courte période des raies interstellaires, celles de CH et CH+ en particulier, deux spectres seulement ont été pris au cours de l'année 2001. La comparaison des spectres pris ces dernières années avec Élodie avec des spectres acquis antérieurement montre clairement une lente augmentation de la quantité de CH sur la ligne de visée alors que les raies de CH+ sont quant à elles restées stables. En outre, on pense à court terme pouvoir corréler les variations de CH à celles de H2 (observations faites par FUSE en UV).

    • Grâce au télescope de 1,20 m on a pu réaliser de superbes images en Ha et en [SII] ll 6717,6731 des régions HII suivantes : Sh 128, Sh 148-149, Sh 159, Sh 186, Sh 192-193, Sh 206, Sh 212, Sh 217, Sh 219, Sh 237, Sh 259, Sh 271-272, auxquelles s'ajoutent trois régions de faible luminance ne figurant pas sur le catalogue Sharpless. Des images composites en couleur (Ha + [SII]) (3) permettent de localiser avec précision les fronts d'ionisation dans les régions observées. L'émission du soufre provient en effet de zones de faible degré d'excitation, proches des fronts d'ionisation et la connaissance des positions respectives des fronts et des amas IR de seconde génération est indispensable pour tester les modèles décrivant la formation stellaire à la périphérie des régions HII.

    • On a poursuivi avec Aurélie l'étude globale de l'environnement circumstellaire des étoiles Wolf-Rayet, entamée en 1996 et qui a donné des résultats nouveaux, en particulier concernant la fragmentation des vents rapides : celle-ci a pu être établie pour la première fois pour les étoiles [WC] au centre des nébuleuses planétaires [01/23]. On a observé aussi des noyaux chauds de type [WC4], NGC 1501 et NGC 6751.


  Les Galaxies

  • Le relevé infrarouge FIRBACK (Far IR Background) effectué par le satellite ISO à 170 mm a détecté plus de 300 sources sur 4 degrés carrés. Pour élucider la nature des sources constituant le fond IR diffus, la spectroscopie systématique des contreparties optiques a été entreprise. Les galaxies les plus brillantes (une cinquantaine environ) peuvent être observées avec un télescope de 2m et une première série d'observations a été effectuée avec Carelec en juin 2001. Sur les 25 sources observées, la quasi totalité est identifiée comme des galaxies poussiéreuses froides, avec une formation d'étoiles modérée et situées à très faible distance (z < 0,1). Ce résultat, en contradiction avec les prédictions des modèles qui prévoyaient des galaxies ultra-lumineuses à grande distance, met en fait en évidence l'existence d'une population locale de galaxies froides passée inaperçue jusqu'à présent.

  • Avec Carelec, on a observé les deux amas de galaxies émettant en rayons X, Abell 1356 et Abell 2244. L'analyse dynamique est en cours. Cette étude fait suite à celle d'Abell 970 [01/39], un amas qui apparaît n'avoir pas atteint encore son stade d'équilibre.

  • Des galaxies de faible luminance ont été observées avec Carelec afin d'obtenir des courbes de rotation à haute résolution angulaire. Pour maximiser la résolution spatiale linéaire (en kpc), on a choisi des objets très proches. Les résultats obtenus sont cohérents avec ceux de l'année précédente : la répartition de la masse dans les parties internes de ces galaxies ne correspond pas aux profils "théoriques" issus des simulations numériques cosmologiques basées sur les modèles de matière noire froide.

  • On a poursuivi l'étude des galaxies de l'amas de la Vierge basée sur l'obtention avec Carelec des spectres intégrés dans le domaine 3500-7200 Å. Il s'agit d'imposer des contraintes sévères aux modèles décrivant la formation et l'évolution des galaxies.

  • Le programme GHASP (voir Rapports d'Activité antérieurs) a été poursuivi au télescope de 1,93 m. Deux missions ont permis l'observation de 36 galaxies, portant ainsi à 125 le nombre de galaxies observées à ce jour (fin 2001).


Rapport d'activité des astronomes visiteurs : table des Matières

RA 2001 : Table des Matières | Guide Pratique | Page d'accueil OHP