RA 2000: Table des Matières I Guide Pratique I OHP Home Page


Rapport d'activité des membres du groupe scientifique


F. Bouchy

Le spectrographe EMILIE couplé à l'Accéléromètre Astronomique Absolu (AAA) et installé au télescope de 1,52 m de l'OHP est un instrument dédié aux mesures de vitesses radiales stellaires de haute précision (voir Rapport d'Activité 1999). Les premiers tests de l'instrument ont permis d'observer au cours d'une seule journée les oscillations acoustiques à 5 minutes du Soleil et de confirmer la présence d'une planète extra-solaire de masse supérieure à 0.3 Saturne avec une période orbitale inférieure à 11 jours.

Cet instrument a fait l'objet de certaines améliorations et fiabilisations au cours de l'année 2000. Sa faible luminosité le limite actuellement à l'observation d'objets très brillants mais des modifications optiques sont prévues au cours de l'année 2001 afin d'augmenter sa transmission globale. L'instrument permettra l'observation systématique d'un échantillon d'environ 50 étoiles pour la recherche d'exo-planètes et la détection d'oscillations stellaires de type solaire.

Cet instrument constitue de plus un banc d'essai pour le spectrographe HARPS dédié à la recherche de planètes extra-solaires pour le télescope de 3,60 m de l'ESO.

D. Gillet

L'essentiel des travaux de D. Gillet a porté sur la théorie des ondes de choc hypersoniques. Un travail majeur a été mené à bien avec Yu. Fadeyev [GS 00/25] sur la structure fine de l'onde et sur ses pertes énergétiques [GS 00/27]. L'ensemble de ces travaux ainsi que ceux menés dans le cadre de la thèse de H. Le Coroller (dont D. Gillet est, avec Yu. Fadeyev, co-directeur) sur l'effet de la conductivité électronique, sont essentiellement théoriques.

Du point de vue observationnel, une étude de grande ampleur a été réalisée en collaboration avec des collègues de Bruxelles et de Montpellier sur la dynamique atmosphérique dans les étoiles Mira [GS 00/01] et une autre sur les étoiles post-AGB [GS 00/02, GS 00/101]. D. Gillet a également poursuivi avec M. Chadid (ESO Chili), A. Fokin (Moscou) et des collègues de Louvain une collaboration sur la dynamique atmosphérique des étoiles RR Lyrae [GS 00/10, GS 00/74, GS 00/79, GS 00/97]. Enfin, avec A. Fokin et J.-F. Debieve (IRPHE Marseille), une étude théorique difficile a été entreprise sur l'effet du champ de turbulence du gaz sur la structure d'une onde de choc.

S .A. Ilovaisky

La source X transitoire Aquila X-1 a été observée avec la caméra CCD du télescope de 1,20 m entre le 6 mars et le 3 décembre. Malgré une couverture temporelle très irrégulière, due en partie au nombre réduit de techniciens de nuit pouvant effectuer des observations de service, ont été obtenues des mesures pendant la mini-éruption optique de juillet et pendant la grande éruption X de l'automne (octobre et novembre). L'analyse des nouvelles données sera incorporée dans l'article en cours de rédaction, en collaboration avec C. Chevalier, sur l'activité optique/X de cette source.

Une source ROSAT dans la constellation d'Hercule, identifiée optiquement par Areg Mickaelian (Byurakan) et ses collaborateurs probablement comme une nouvelle variable cataclysmique brillante, a été observée au 1,20 m en septembre sur un intervalle de dix nuits. Son comportement montre une activité rapide intense avec une échelle de temps de 15 min ainsi que des variations plus lentes mais de plus faible amplitude. L'analyse de huit nuits de photométrie différentielle est en cours et sera incorporée dans un article en préparation sur líensemble des observations photométriques et spectroscopiques de cette source.

H. Le Coroller

H. Le Coroller poursuit son travail théorique sur les ondes de choc en collaboration avec D. Gillet et Y. Fadeyev. Il étudie l'influence de la conduction thermique électronique sur la structure des chocs radiatifs. Le modèle numérique de Y. Fadeyev a été modifié afin de prendre en compte cet effet de transport de chaleur. De nombreux modèles ont été calculés et un article sur ce sujet devrait être soumis dans l'année.

D'autre part, il a effectué plusieurs travaux sur les étoiles Post-AGB. Ces objets sont encore peu connus car ils passent seulement quelques milliers d'années dans cette phase et sont donc statistiquement rares. Ainsi, entre août et septembre, H. Le Coroller a poursuivi son travail d'observation photométrique au télescope de 1,20 m de l'OHP sur HD 179821 afin de préciser la période de pulsation de cet astre. Les résultats des observations ont été présentés à la conférence GEOS. Un article sur cet objet est en cours d'écriture. Un autre article sur les mécanismes de pulsation des étoiles post-AGB avec comme exemple HD 56126 est sur le point d'être soumis. Ces travaux en collaboration avec A. Lèbre, A.B. Fokin et D. Gillet apportent des informations précieuses sur la dynamique atmosphérique des étoiles post-AGB.

Enfin, la collaboration avec l'équipe de A. Labeyrie se poursuit afin de construire un ballon dirigeable sous lequel doit être stabilisée une optique à quelques millimètres près, placée au foyer d'un hypertélescope.

J.-M. Perrin

L'activité de J.-M. Perrin sur le projet COROT a été ralentie jusqu'en octobre, date à laquelle le CNES a relancé le projet dans un cadre élargi à des partenaires européens.

La collaboration de J.-M. Perrin avec B. Lopez (OCA) sur les enveloppes circumstellaires d'étoiles froides s'est concrétisée par une première publication sur la Nébuleuse de l'Oeuf [GS 00/43].

J.-M. Perrin a approfondi ses études sur les débris spatiaux (modèles plus réalistes, mesures en laboratoire, préparation d'un instrument spatial, ...) dans le cadre d'une collaboration étroite avec l'ONERA (J.-C. Mandeville) et le LAM (A. Vuillemin).

Enfin, une part croissante de l'activité de J.-M. Perrin a concerné le système solaire, dans le cadre de la mission Rosetta. Il a amélioré les modèles d'interaction ondes-poussières rugueuses afin d'évaluer précisément le seuil de détection de poussières cométaires par l'instrument GIADA. Ces travaux sont réalisés dans le cadre d'une collaboration avec l'Istituto Universitario Navale (Naples) et l'Osservatorio Astronomico di Capodimonte et dans le cadre de la thèse d'Ernesto Palomba préparée en co-tutelle entre ces établissements et l'OHP.

J.-P. Sivan

J. -P. Sivan a continué d'apporter sa contribution au programme franco-suisse de recherche de planètes extrasolaires qui se poursuit depuis 1996 au foyer du télescope de 1,93 m avec Elodie (voir rapport des astronomes visiteurs).

M.-P. Véron-Cetty et P. Véron

M.-P. Véron-Cetty et P. Véron , en collaboration avec A.C. Gonçalves (ESO), ont poursuivi l'étude spectroscopique des NLS1s, noyaux actifs de galaxies de Seyfert 1 qui ont des raies permises "larges" relativement étroites. Ce travail a permis de montrer que les raies larges des NLS1s sont mieux modélisées par un profil lorentzien que par un profil gaussien. Ceci a des conséquences en ce qui concerne les rapports des raies étroites des NLS1s : en effet, quand la composante large des NLS1s est modélisée avec une lorentzienne, leurs régions étroites ont des rapports typiques des Seyfert 2, alors qu'avec une modélisation avec une gaussienne, ces rapports sont beaucoup plus dispersés.

En collaboration avec A.C. Gonçalves ( ESO) et A. Mickaelian (Byurakan), pour mieux comprendre la nature des NLS1s, ils ont entrepris une étude spectroscopique des Seyfert 1 intermédiaires entre les NLS1s et les Seyfert 1 classiques.

M.-P. Véron-Cetty et P. Véron ont étudié la radio galaxie NGC 612 et montré que cette radio source double de type FR II est une des rares à être associée à une galaxie S0 plutôt qu'à une elliptique.

M.-P. Véron-Cetty, en collaboration avec L. Woltjer, L. Staveley-Smith et R. Ekers (Australian Telescope National Facility), a détecté de l'hydrogène neutre en absorption dans trois radio galaxies et montré que de telles absorptions sont plus fréquentes parmi les radio sources puissantes [GS 00/59].

M.-P. Véron-Cetty et P. Véron ont écrit un article de revue sur le spectre en émission des galaxies actives et le modèle unifié [GS 00/58].

M.-P. Véron-Cetty et P. Véron ont publié la neuvième édition de leur catalogue de quasars et de galaxies actives [GS 00/118] ; il contient maintenant 13214 quasars, 462 objets de type BL Lac et 4428 galaxies actives.


Rapport d'activité des membres du groupe scientifique : table des Matières

RA 2000 : Table des Matières | Guide Pratique | OHP Home Page